LES  ENFANTS  PEUVENT-ILS ASSISTER À L’ECHOGRAPHIE ?

Dr. R. BESSIS. Conférence Nationale d’Echographie Obstétricale et Fœtale

Pour de multiples raisons, il n’est pas possible que vos enfants vous accompagnent. Tout d’abord, une raison extrêmement terre a terre. Au-delà d’un certain nombre de « spectateurs » l’attention ne peut plus être la même et toute perte de vigilance, toute distraction intempestive peut faire manquer un élément éventuellement déterminant. Il est vraisemblable que certaines erreurs de diagnostiques sont dues à une « surpopulation » de la salle d’examen.

N’oubliez pas qu’il s’agit d'un vrai examen médical, important pour l’avenir de votre enfant. Il a droit, comme les précédents, à un examen attentionné, sans que le médecin soit dérangé par ses ainés.

 

En pratique, les choses se passent rarement aussi idéalement que vous le pensez. Tout d’abord, la salle d'attente est un lieu très particulier, ou les gens qui attendent sont souvent anxieux. Cela, les enfants savent parfaitement le percevoir, et bien souvent, ils sont mal a !’aise. Pour peu qu’il y ait eu quelques urgences ou des examens plus longs que prévus, le médecin sera en retard et le malaise de vos enfants sera d’autant plus grand.

 

Lors de la consultation d’échographie, le médecin ne pourra pas avoir le même discours avec vous. Il hésitera peut être é aborder certains détails intimes ou douloureux alors qu'ils peuvent lui être importants. Votre écoute aussi ne sera pas la même. Pour peu que votre cas, sans être nécessairement pathologique nécessite des explications particulières ou d’autres investigations, il est très important que vous (et le père) compreniez bien les explications du médecin et que tout puisse être abordé sans censure (et sans être obligé de faire taire un enfant qui, de bon droit, veut aussi que l’on s’intéresse a lui).

 

Dans un autre registre, on peut aussi considérer qu’il est important que chacun trouve sa place dans l’orchestre familial. Voir, tout connaître de ce qui est dans le ventre de sa mère n’est pas si anodin que cela. En découvrant le fœtus en même temps que vous, les ainés participent au statut des parents. Pourquoi ne pas respecter leur enfance, éventuellement malgré leur demande (que vous avez peut-être sollicitée vous-même). Et cet enfant non encore né a droit à sa place entière. Il ne sera pas moins aimé si c'est vous (les parents) qui le racontez aux ainés mais ceux-la sauront de manière claire qu’il existe des limites, que chacun, y compris le « petit » dans sa bulle personnelle, qui le protège des autres, son espace propre de liberté. Ce n’est pas que négatif, car eux aussi ont cet espace et peuvent le comprendre à cette occasion.

 

Enfin, imaginons le pire. L’examen révèle une pathologie sévère. Est-il raisonnable d’imposer cette révélation en direct avec vos ainés ? Vous-même, comment allez-vous pourvoir passer de la « fête du fœtus » au drame ?

Bien entendu, ces situations sont exceptionnelles mais si tout était toujours parfait, le dépistage échographique n’aurait pas lieu d'être. En tout cas, le médecin que vous allez rencontrer, se prépare à chaque examen à pouvoir rencontrer une situation difficile. Alors ne soyez pas étonné que vos discours ne se rencontrent pas nécessairement. Qu'il l'avoue ou non, il sera gêné par la présence de vos enfants. Souvent sa meilleure protection sera de s’enfermer dans un grand mutisme et le décalage n’en sera que plus grand (mais il lui faut mener son examen à bien, quitte a paraître antipathique). Certains collègues ne disent pas non, pour être gentils ou ne pas perdre leur clientèle, mais tous disent que cela les gêne beaucoup dans leur travail sur l’écran et dans leur relation avec les parents.

 

Pour terminer, deux petites remarques :

Les enfants qui assistent à l’examen sont généralement déçus par les images qu’ils découvrent, ils ne s’y intéressent qu'un cours moment et préfèrent aller jouer  ailleurs .En définitive, le père est souvent condamné à faire la police.

L’échographie fœtale est un vrai examen médical. Il doit être respecté comme tel si on veut assurer la meilleure qualité. Malgré la tentation, évitez d’en dévier le but principal, qui est d’assurer à votre enfant les meilleures chances d’avoir des soins adaptés à son statut personnel.

Par contre, la présence du père est souhaitable. Il s’agit d’un moment important dans votre vie de couple